315367_10151262232808242_1610855249_n.jpg
2015-05-25 09.48.41.png
315367_10151262232808242_1610855249_n.jpg

Perspectives Économiques


Perspectives

Économiques

SCROLL DOWN

Perspectives Économiques


Perspectives

Économiques

ACCUEIL          |        À PROPOS      |      MOTIVATIONS      |     ÉQUIPE      |      NOUS CONTACTER      |      INVESTIR

 

Tendances Macro

Au cours de la dernière décennie, l'économie haïtienne a enregistré une croissance annuelle moyenne positive (2.8% pour l’année fiscale 2014) et devrait, à court terme, poursuivre sur cette lancée selon les prévisions du FMI. Suite au séisme du 12 Janvier 2010, qui a entrainé la mort d'environ 300.000 personnes et causé d'importants dégâts dans presque tous les secteurs de l’économie, la communauté internationale a apporté un soutien financier important sous forme de dons, de prêts et d’annulation de dette, créant ainsi une opportunité unique pour une croissance accélérée de l'économie au cours des prochaines années.

Évolution du PIB (en Milliard de USD)

Inflation (%)

*Source: Banque de la République d'Haiti / Banque Mondiale


Offre insuffisante de crédit

La carence en apport de crédit venant du secteur financier a toutefois ralenti ce potentiel de croissance en affaiblissant une partie du secteur privé et en mettant un frein a l'innovation. Présentement, le crédit total accordé au secteur privé représente 19% du PIB en Haïti comparé à 48% du PIB pour l'Amérique latine et les Caraïbes. En outre, il semble que l'environnement économique actuel n’incite pas les banques à prendre davantage de risques: D'une part, le ratio prêt/dépôt du secteur bancaire tourne autour de 42,5%* comparé à une moyenne de 65% pour la Caraïbe, illustrant à quel point le secteur dispose d'un excédent de liquidité. D'autre part, le fait que les banques rapportent constamment des gains importants et des rendements sur fonds propres élevés (21,9% en Septembre 2013)* laisse croire que les revenus alimentés par des taux d'intérêt élevés, sont assez forts pour compenser le faible niveau de prêts.

Le ratio prêt/dépôt du secteur bancaire dans son ensemble tourne autour de 42,5% comparé à une moyenne de 65% pour la Caraïbe.

Depuis de nombreuses années, la politique publique élaborée par la BRH  a protégé le système financier de crises et de troubles financiers, par exemple avec la mise en œuvre des normes prudentielles. Cependant, cela a indirectement impacté la disponibilité du crédit. Ces normes, parmi les plus strictes de la région, ont protégé le secteur bancaire et ont aidé à stabiliser le système monétaire et financier d'Haïti depuis de nombreuses années. En revanche, il semble que cette protection a contribué a restreindre l'accès au crédit en Haïti. En Juin 2014, 74,6% des actifs liquides du secteur bancaire étaient déposés à la BRH *. Actuellement, le taux de réserve obligatoire pour les banques commerciales est de 37% pour la monnaie nationale et de 39% pour les devises étrangères *.

Etant donné cette situation, le secteur privé et en particulier les PME (petites et moyennes entreprises), ont du mal à financer leurs projets, ceux-ci étant essentielle pour le développement de la classe moyenne et la stimulation de la croissance économique du pays. Les conditions actuelles d'accès aux capitaux en Haïti handicapent fortement les PME et les entrepreneurs émergents, ce qui constitue un frein à la croissance économique.

*Source: Banque de la République d'Haiti

Croissance du crédit (%)

Source: FMI
2015-05-25 09.48.41.png

Stratégie Compétitive


Stratégie Compétitive

Stratégie Compétitive


Stratégie Compétitive

L'objectif du fonds de capital-risque est de fournir des capitaux de startup pour le développement d’entreprises en début de croissance et qui promettent des rendements attrayants. Selon les estimations de la Société Financière Internationale (SFI), la demande non satisfaite de crédit en Haïti est d'environ 2,5 milliards de dollars, signalant l'importance du marché que le fonds cible. Le fonds cherche à investir dans des startups créatives qui offrent des propositions novatrices à leurs clients.

La stratégie du fonds consiste à rompre avec le processus d'examen traditionnel utilisé par les institutions financières haïtiennes pour déterminer les « projets de qualité », et à identifier des projets qui méritent du financement sur la base de la validité et de l'inventivité de leur concept d'entreprise, des rendements projetés et des qualifications des entrepreneurs. L'approche consiste à appliquer des processus de due diligence raisonnables, non conventionnels pour combler la demande non satisfaite de capitaux, tout en alignant les incitations du fonds avec ceux des entrepreneurs en vue d'atténuer les risques inhérents aux startups.